Collection: Continuité - de Sarah Cohen, Sandrine Lehagre et Delphine Zingg.

- Continuité -

« Perdre le fil, le retenir, le dérouler, couper au bon endroit, tirer pour poursuivre, tenir le bon bout, celui qui invente et manifeste le passage d’un temps suspendu. 

L’exposition CONTINUITÉ mêle le travail de Sarah Cohen, Sandrine Lehagre et Delphine Zingg, trois récits personnels traçant des cartographies imaginaires, qui se parcourent aux rythmes de gestes répétitifs qu’impliquent les actes de coudre, dessiner, sculpter ou photographier.   

Interrogeant le féminin, ces formes, ces paroles, ces désirs s’unissent dans le besoin de s’ancrer, brodant point par point autour du vide. »
 

“Lose the thread, hold it, unroll it, cut it in the right place, pull to pursue, hold the right end, the one who invents and manifests along the road of suspended time. 

The exhibition CONTINUITÉ mixes the work of Sarah Cohen, Sandrine Lehagre and Delphine Zingg, three personal narratives tracing imaginary cartographies, which travel through the rhythms of repetitive gestures that involve the acts of sewing, drawing, sculpting or photographing. 

Questioning the feminine, these forms, these words, these desires unite in the need to anchor, embroidering point by point around the void.”

 

 

Sarah Cohen : 

Sarah Cohen vit et travaille à Montreuil et Fontenay-sous-Bois. Après une formation en Vidéo à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, elle se tourne vers une pratique de sculpture aux ateliers des Beaux-Arts de la Ville de Paris et découvre la morphogenèse auprès de Sylvie Lejeune. Sa démarche s’inscrit dans une diversité de pratiques et de supports : papier, tissu, résine, matières minérales, organiques, auxquels sont appliqués les gestes de faire flotter, de brûler, de l’empreinte, etc... De récentes expositions et une résidence au Japon ouvrent sa pratique à de nouvelles notions telles que la fragilité, les pratiques artisanales, les éléments naturels, venant enrichir ses préoccupations récurrentes que sont le corps tel qu’il est perçu et imaginé.

Intimiste, parfois tellurique, son travail prend différentes formes en relation avec la matière et la mémoire.

 

Sarah Cohen lives and works in Montreuil and Fontenay-sous-Bois. After training in Video at l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs of Paris, she turned to a practice of sculpture at the workshops of les Beaux-Arts in Paris and discovered morphogenesis with Sylvie Lejeune. Her approach is part of variety of practices and supports: paper, fabric, resin, mineral, organic materials, to which are applied the gestures of floating, burning, footprint, etc… Recent exhibitions and a residency in Japan open her practice to new notions such as fragility, artisanal practices, natural elements, enriching her recurring concerns that are the body as it is perceived and imagined.

Intimate, sometimes telluric, her work takes different forms in relation to matter and memory.

 

Sandrine Lehagre :

Après des études aux Beaux-Arts de Rennes et à l’université Paris VII où elle rédige un mémoire sur Robert Filliou, Sandrine Lehagre a été résidente pendant 10 ans au 6b à Saint Denis et vit aujourd’hui à Rennes. Elle poursuit une méditation sur le signe infini, traversée par le pneuma, ce souffle évoqué chez les Grecs comme le principe vital. Elle peut ainsi « rêver l’obscur » lors de performances en l’incarnant dans l’espace en même temps que l’inscrire chaque jour à la plume pendant quatre ans, plongeant dans la « poétique du blanc » du papier. 
 
Son travail évoque notre rapport au temps de l’instant présent à la durée, puisant ses sources dans l’Histoire des écritures, la Préhistoire et le féminin. Membre de l’association Corpus in Act, elle a présenté des performances lors de festivals et fait partie du collectif Co-lapsus. Depuis une dizaine années, elle mène un travail qui interroge l’histoire des femmes et son effacement répété. Ce travail a été exposé pendant le Mois de la photo du Grand Paris, aux Rencontres Photographiques du 10è arrondissement et aux Voies off des Rencontres d’Arles.
 
 
After studding at les Beaux-Arts in Rennes and at the University Paris VII where she writes a thesis on Robert Fillou, Sandrine Lehagre was a resident for 10 years at the 6B in Saint Denis and now lives in the city of Rennes. She continues a mediation on the infinite sign, crossed by the pneuma, this breath evoked in the Greeks as the vital principle. She can thus “dream of the dark” during performances by incarnating it in space at the same time as inscribing it each day with the pen for four years, plunging into the “poetics of white” on the paper.
 
Her work brings our relationship to the time of the present moment to the duration, drawing its sources from the History of Scripture, Prehistory and the feminine. A member of the Corpus in Act association, she has performed at festivals and is part of the Co-lapsus collective. For the past ten years, she has been conducting work that questions the history of women and its repeated erasure. This work was exhibited during “le Mois de la photo du Grand Paris”, at the “Rencontres Photographiques” in the 10th district of Paris and at “Voies off des Rencontres d'Arles”.

 

Delphine Zingg :

Actrice, coach d'acteurs à travers le monde, auteure ; de retour d'un séjour professionnel du Sénégal en 2010, Delphine Zingg décide de se consacrer à sa première passion, la sculpture. Elle entre aux Ateliers des Beaux-Arts de la ville de Paris, se forme en tant qu’artiste et s'initie à la morphogenèse. Artiste-résidente au 6B, elle sculpte, dessine et brode les traversées émotionnelles de ses expériences au cœur de l'intimité des cultures. Elle travaille sur l'ambivalence de l'intime au centre de la complexité humaine, assemble des éléments contraires pour trouver son point d'équilibre, "... sans faire chier tout le monde".
 
Actress, coach of actors around the world, author ; after coming back from a professional stay in Senegal in 2010, Delphine Zingg decides to devote herself to her first passion, sculpture. She entered the Ateliers des Beaux-Arts in the city of Paris, trained as an artist and began to work on morphogenesis. Artist-in-residence at 6B, she sculpts, draws and embroiders the emotional crossings of her experiences at the heart of the intimacy of cultures. She works on the ambivalence of the intimate at the center of human complexity, assembling opposing elements to find her point of balance, "... without pissing anyone".

48 produits